Ethnographes et voyageurs
2008
sous la direction de Tiphaine Barthélémy et Maria Couroucli ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Tiphaine Barthélemy, Maria Couroucli, Gérard Toffin, Geneviève Bédoucha, Sergio Dalla Bernardina, Michèle Baussant, Adriana Cabrera Müller-Wirth, Yann Bouvrat, Guillaume Bonin, Jean-Pierre Jardel, Jean-Pierre Martinon, Alex Demeulenaere, Erik Pesenti Rossi, Maud Leonhardt Santini, Aki Taguchi
ISBN : 978-2-7355-0655-2
286 p., 16 x 24 cm, ill., br.
Collection : Le regard de l'ethnologue - Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (1990-)
N° dans la collection : 17
Code Sodis : F30697.7
commander l'ouvrage [prix : 35,00 €]
« Je hais les voyages et les explorateurs. » Courte et sans appel, la célèbre première phrase de Tristes tropiques a servi de manifeste à des générations d’anthropologues qui ont opposé l’objectivité de l’écriture ethnographique et la rigueur des méthodes sur lesquelles elle reposait à la subjectivité des relations de voyages, tôt rangées au rang de divertissement futile.

Ethnographie et voyage, pourtant, n’ont-ils pas toujours eu partie liée ? Peut-on encore opposer une appréhension scientifique de l’altérité à une appréhension poétique, intuitive et vagabonde qui traduirait surtout l’état d’esprit de l’observateur ? Les transformations qui ont travaillé en profondeur le champ des sciences sociales comme celui de la littérature ont, au cours de ces dernières années, radicalement remis en cause le bien fondé de telles distinctions. L’objectivité de l’ethnographe a souvent été dénoncée comme illusoire tandis qu’était réhabilités, à travers l’émergence de nouveaux genres littéraires, des types d’écriture qui, plus vibrants, plus engagés, plus personnels, étaient perçus comme mieux à même de traduire le sensible, de rendre compte de l’intraduisible. N’y a-t-il pas dès lors, entre l’écriture de l’ethnographie et celle du voyage bien des similitudes avouées ou inavouées ?

Autant de questions que contribuent à éclairer les articles réunis dans le présent volume. Émanant d’historiens, d’ethnographes, de sociologues ou de spécialistes de littérature, elles témoignent de la diversité des expériences de l’altérité tout autant que des jeux de miroirs dans lesquels arts et sciences ont pu se réfléchir et se nourrir mutuellement.
Table des matières :
Introduction Ethnographie, voyages et mise en texte (Tiphaine Barthélemy et Maria Couroucli) – p. 9 Première partie. L’anthropologie contemporaine, entre argumentation et narration – p. 20 Entre voyage et ethnologie (Gérard Toffin)... (lire la suite...)
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
L’Homme
20/07/2010 - Vanessa Manceron
Compte rendu
Extraits du compte rendu (L'Homme, n°192, 2009)

"Le contexte historique et le parcours singulier des auteurs influencent les écrits en même temps qu'ils les éclairent. Cette lecture historiographique des récits de voyage permet également d'interroger les savoirs produits sur les réalités sociales observées et de réintroduire la question de la distinction entre ethnographes et voyageurs.
(...) la thématique abordée dans cet ouvrage ets intéressante et offre des pistes utiles, qui invitent à poursuivre la réflexion."