Une valorisation politique du monde du travail : les réseaux professionnels des parlementaires lorrains de la Troisième République
2006
François Audigier

Extrait de : "Le travail et les hommes aux XIXe et XXe siècles (édition électronique) "
sous la direction de Dominique Barjot ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jan Berting, François Audigier, Bruno Benoit, Daniel Chave, Jeanine Cohen, Arnaud Berthonnet, Yvan Combeau, Marie-Christine Bailly-Maître, Laurence Pissard, Jérôme Cucarull, Alain Gatti, Fabienne Picard, Nathalie Rodet-Kroichvili, Alain Mélo, Christiane Demeulenaere-Douyère, David Lamoureux, Stéphanie Queval, Jean Lorcin, Chip Buchheit, Pascal Raggi, Anne Marle, Pierre Barbier, Daniel Berthereau, Florent Vanremortère, Daniel Blanc, Étienne Thévenin

Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 29-40
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L'étude commence par une analyse quantitative de type statistique des milieux professionnels des parlementaires (députés et sénateurs) lorrains de la IIIe République. Cinq milieux semblent sur-représentés:
-le monde du droit (avocat, magistrat, notaire, avoué, etc.)
-le monde de la terre (du petit paysan-exploitant au grand propriétaire foncier)
-le monde de l'entreprise (du petit négociant au grand patron du textile ou de la sidérurgie)
-le monde de la médecine (docteur, vétérinaire, pharmacien, etc...)
-le monde de l'administration publique (anciens préfets, directeurs de services administratifs).
Ces cinq milieux professionnels regroupent plus de 90 % des parlementaires. Cette surreprésentation devra déjà être interrogée. S'agit-il d'univers professionnels favorables à l'action politique et à la charge de représentation (formation à la prise de parole, aptitude à la conduite d'hommes, possibilité d'une large disponibilité, acquisition d'une légitimité et d'une autorité, etc.) ?
Ces univers professionnels semblent surtout avoir en commun une forte dimension relationnelle (dimension du contact) qui se prête à l'action militante et la préparation d'une campagne. Avant d'être élus, ces futurs parlementaires avaient tissé dans le cadre de leur travail des réseaux qu'ils ont ensuite capitalisés politiquement au moment du scrutin. Ces réseaux pouvaient prendre un aspect informel (relations personnelles) ou s'agencer de manière plus organisée autour de structures adaptées (associations, comices, syndicats, offices, chambres professionnelles, comités, etc.). Très souvent, les élus ou futurs élus siégeaient dans ces organisations et y tenaient des fonctions de direction ou d'animation. Ces structures semblent avoir puissamment contribué à asseoir leur notoriété et à fonder leur légitimité. Ces réseaux professionnels ont donc favorisé leur élection (déjà représentant de son milieu et de son entourage au sein d'une organisation professionnelle, le candidat était crédible dans son statut de représentant) puis ont permis à ces parlementaires de conserver la confiance de leurs électorats en restant au contact du "terrain". Trois axes seraient ainsi privilégiés:
-le réseau professionnel comme moyen d'acquérir une expérience de représentant (fonction de formation)
-le réseau professionnel comme moyen d'acquérir une notoriété personnelle locale (fonction de promotion)
-le réseau professionnel comme moyen d'acquérir une crédibilité politique (fonction de légitimation)
Lorraine oblige, la communication insisterait avant tout sur les réseaux professionnels liés à l'agriculture. Dans une Lorraine alors encore très marquée par la ruralité, la plupart des élus siégeaient dans les organisations professionnelles agricoles (des comices aux sociétés d'agriculture, en passant par les syndicats et offices), même si beaucoup d'entre eux ne travaillaient pas directement la terre. Représentant d'une circonscription rurale, l'élu lorrain devait à l'évidence prouver son statut de défenseur intransigeant des intérêts du monde agricole en s'engageant dans ces structures de type professionnel.