L'incidence des mentalités rurales sur le tissu industriel
bassins granitiers et industries de la chaussure de la région de Fougères (Ille-et-Vilaine) au XXe siècle - 2006
Jerôme Cucarull

Extrait de : "Le travail et les hommes aux XIXe et XXe siècles (édition électronique) "
sous la direction de Dominique Barjot ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jan Berting, François Audigier, Bruno Benoit, Daniel Chave, Jeanine Cohen, Arnaud Berthonnet, Yvan Combeau, Marie-Christine Bailly-Maître, Laurence Pissard, Jérôme Cucarull, Alain Gatti, Fabienne Picard, Nathalie Rodet-Kroichvili, Alain Mélo, Christiane Demeulenaere-Douyère, David Lamoureux, Stéphanie Queval, Jean Lorcin, Chip Buchheit, Pascal Raggi, Anne Marle, Pierre Barbier, Daniel Berthereau, Florent Vanremortère, Daniel Blanc, Étienne Thévenin

Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 103-118
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

À travers la comparaison entre l'industrie de la chaussure de Fougères, demeurée pendant une bonne partie du XXe siècle capitale de la chaussure féminine en France, et les entreprises d'extraction et de transformation du granit des bassins de Louvigné-du-Désert et Saint-Brice-en-Coglès qui l'environnent, l'objet de notre étude est de montrer comment l'émergence en milieu rural d'activités industrielles, à la fin du XIXe siècle, a conditionné fortement leur mode d'organisation et le système de production, et ceci jusqu'à nos jours.
Le tissu industriel de ces deux activités présente un certain nombre de points communs. Il est à l'origine davantage comparable à l'artisanat et a eu du mal à franchir le cap de l'entreprise industrielle. La prééminence des petites unités en est un signe indubitable. Cet état d'esprit a pu limiter l'action industrielle, voire freiner les évolutions, en particulier par un individualisme et des rivalités exacerbées qui limitent l'organisation de la profession. L'autonomie ouvrière est ambiguë : malgré des organisations syndicales puissantes, la soumission aux patrons dans le cadre du paternalisme est forte.