Formes et expressions de la solidarité ouvrière
l'exemple de la Bellevilloise, coopérative ouvrière de consommation (1877 - 1936/1939) - 2006
Christiane Demeulenaere-Douyère

Extrait de : "Le travail et les hommes aux XIXe et XXe siècles (édition électronique) "
sous la direction de Dominique Barjot ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Jan Berting, François Audigier, Bruno Benoit, Daniel Chave, Jeanine Cohen, Arnaud Berthonnet, Yvan Combeau, Marie-Christine Bailly-Maître, Laurence Pissard, Jérôme Cucarull, Alain Gatti, Fabienne Picard, Nathalie Rodet-Kroichvili, Alain Mélo, Christiane Demeulenaere-Douyère, David Lamoureux, Stéphanie Queval, Jean Lorcin, Chip Buchheit, Pascal Raggi, Anne Marle, Pierre Barbier, Daniel Berthereau, Florent Vanremortère, Daniel Blanc, Étienne Thévenin

Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 152-166
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Coopérative ouvrière de consommation implantée à Belleville (Paris) au lendemain de la Commune et active jusqu'au Front populaire, la Bellevilloise a joué un rôle de premier plan dans la vie économique et sociale de l'Est parisien. Au-delà de son action politique qui en constitue aussi une caractéristique importante mais dont on ne parlera pas ici, elle a contribué à améliorer la vie matérielle d'une population de condition modeste, souvent laissée pour compte. Mais aussi, dans ces quartiers éloignés des centres intellectuels et culturels de la capitale, elle a développé des fonctions d'éducation et d'animation étonnamment larges. Qu'il s'agisse du patronage, des colonies de vacances, de l'université populaire, du dispensaire, des soirées récréatives et musicales, chacun pouvait y faire l'expérience d'une solidarité ouvrière forte.