Le fonctionnement de la Monnaie de Nancy aux XVIe et XVIIe siècles
2006
Dominique Flon

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 101-108
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les monnaies sont des établissements de type pré-industriel où travaillent des personnels chargés de diverses tâches allant du travail de fonderie pour préparer les métaux précieux à la frappe proprement dite des espèces, le tout soumis à une comptabilité précise.
Soutenue par la fécondité des mines d'argent des Vosges, la Monnaie de Nancy traverse une période d'intense activité aux XVe et XVIe siècles. Elle est dirigée par un entrepreneur privé sur lequel s'exerce un contrôle vigilant et occupe des hommes et des femmes réunis au sein du serment de Lorraine qui garantit un certain nombre de privilèges.
L'époque est marquée par les bouleversements techniques et les introductions de machines nouvelles qui réduisent les effectifs. On observe de plus les revendications salariales des employés qui demandent très régulièrement l'augmentation de leurs gages et s'adressent au duc et à sa chambre des comptes pour régler leurs différends avec le maître de la monnaie.
La substance de cette communication est tirée principalement du dépouillement des archives de la Chambre des comptes de Lorraine.