L'organisation du travail de l'extraction de la pierre à bâtir à Paris sous l'Ancien Régime
2006
Ania Guini-Skliar

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 109-116
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La pierre calcaire est exploitée pour la construction à Paris depuis l'époque romaine jusqu'à la Révolution Française et en banlieue, jusqu'à la Première Guerre mondiale. L'extraction de ce matériau a généré de multiples activités professionnelles : celles de carrier, tailleur de pierre, forgeron, bourrelier, charron, toiseur, voiturier, batelier, maçon, entrepreneur, architecte, sculpteur etc. Sans les compétences et le travail de tous ces hommes, de l'ouvrier à l'architecte, Paris ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui. C'est pourquoi il semble important de remettre à l'honneur un métier parisien quelque peu oublié : celui de carrier.
À travers le dépouillement de nombreux documents d'archives - provenant en majorité des Archives nationales, des archives de l'Assistance publique, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris ou de la Bibliothèque nationale - il est possible, pour l'époque moderne, du XVIe au XVIIIe siècle, de reconstituer l'organisation de cette activité artisanale : traditions familiales, méthodes extractives, associations de carriers, hiérarchie, conflits, outillage, niveau de vie et habitat. Grâce à ces textes inédits et très variés, nous pouvons également suivre tout le parcours de la pierre, de la carrière au chantier : transport terrestre ou fluvial, toisé, prix. L'étude de ces différentes étapes apporte indirectement des informations complémentaires sur la profession de carrier.