Médecine des Lumières et risques professionnels : le « Dictionnaire portatif de santé »
2006
Olivier Zeller

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 127-138
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La seconde moitié du XVIIIe siècle a vu la publication de nombreux ouvrages de vulgarisation médicale. Certains, à l'exemple du célèbre Avis au peuple sur sa santé, de Tissot, témoignent de condescendance en stigmatisant le manque d'hygiène et la négligence de la population. En revanche, le Dictionnaire portatif de santé décrit très minutieusement plusieurs dizaines de maladies professionnelles. Il en analyse l'étiologie, signale les symptômes, prévoit les complications et formule des pronostics. Il propose des remèdes adaptés, recommande des régimes alimentaires et étend ses préconisations dans le domaine vestimentaire et dans celui de l'hygiène de vie. Témoignant de sensibilité à l'égard de la souffrance sociale, le Dictionnaire portatif constitue, au siècle des Lumières, un ouvrage précurseur de la médecine du travail.