La représentation et la réalité sociale du travail de potier dans la société marocaine entre le XIVe et le XIXe siècle, à travers la documentation écrite
2006
Abdallah Fili

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 281-290
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Nous souhaitons dans cet article, nous interroger d'une part sur la conception symbolique du travail dans les sociétés islamiques, et d'autre part examiner un exemple concret, à savoir le métier de potier dans la société marocaine, entre le Moyen Âge et l'époque contemporaine. En effet, il paraît intéressant de pouvoir comparer ce qui est de l'ordre de la théorie, de la pensée collective et la réalité sociale et économique du travail.
Notre réflexion, portant sur la longue durée, concerne au premier chef les artisans potiers de la ville de Fès. Nous opèrerons notre recherche à partir de sources arabes écrites de natures variées : religieuses, juridiques, linguistiques, ainsi que des registres de biens de mainmorte (habous).