Moyeuvre, la plus grande forge d'Europe au XVIe siècle
2006
Koichi Horikoshi

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 343-352
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La sidérurgie lorraine était en plein essor dans la seconde moitié du XVIe siècle. La forge de Moyeuvre, située dans le duché de Lorraine et de Bar, entre Metz et Thionville, en était le fleuron tant au niveau quantitatif que qualitatif. Cette forge ducale très mal connue témoigne de la croissance de l'industrie du fer à l'époque pré-moderne.
La forge de Moyeuvre tire probablement son origine de la première forge hydraulique construite en Lorraine vers 1324. Elle illustre le développement de la productivité de l'appareil réducteur. Vers 1564-1566, elle produisait plus de cent cinquante tonnes par an. En 1599, la production annuelle monta à cinq cents tonnes environ : chiffre inégalé en Europe à cette époque. En même temps, les produits se diversifiaient : fer forgé, fer fendu ou fonte.
L'établissement, propriété du duc de Lorraine, était confié au début à des agents ducaux, puis à des amodiateurs, parfois appelés marchands-maîtres de forges, qui se procuraient les fonds, les matières premières et les débouchés, et géraient la totalité de l'exploitation. Mais le personnage le plus important est Louis de Bettainvillers, véritable prototype du maître de forge jusqu'au seuil du XIXe siècle. Grand entrepreneur, bien intégré au cadre seigneurial de l'exploitation, il parvint à entrer dans l'aristocratie en acquérant des terres, des offices et des lettres de noblesse.