Les bâtiments de graduation : une innovation technique dans l'industrie européenne du sel au XVIIIe siècle
2006
Pierre Vicq

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 353
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

L'histoire du sel se mêle intimement à celle des hommes. Aliment indispensable, denrée stratégique et commerciale, élément politique, valeur sacrée qui nourrit mythes et légendes, le sel a toujours occupé une place d'exception dans l'existence humaine. Mais son exploitation est aussi à l'origine d'innovations techniques comme celle des bâtiments de graduation, qui transpose le principe de l'évaporation de l'eau dans les marais salants. Si le mécanisme semble relever du bon sens, sa réalisation requiert compétences et ingéniosité. Dans l'Europe du XVIIe et surtout du XVIIIe siècle, en pleine croissance démographique et où le sel demeure l'unique moyen de conservation, cette matière première reste l'objet d'une forte demande. L'industrie du sel cherche naturellement à accroître sa production : ainsi, pour accélérer le processus de fabrication tout en économisant le combustible bois, l'industrie salicole fait appel aux esprits ingénieux pour rechercher une innovation technique efficace, qui lui permettra d'augmenter ses rendements. Parmi plusieurs propositions, celle des bâtiments de graduation est retenue. Elle va connaître des succès variables selon les pays. C'est à Rosières-aux-Salines, en Lorraine, qu'elle rencontrera sa plus belle expérience. De nombreux documents et sources archivistiques révèlent l'histoire étonnante de cette technique simple en apparence, mais si complexe que peu de gens ont su parfaitement la maîtriser.