De l'œuvre d'art au produit manufacturé : l'orgue à l'épreuve de l'industrie. Les initiatives de l'organier nantais Louis Debierre (1842-1920)
2006
Pierre Legal

Extrait de : "Le travail avant la révolution industrielle (édition électronique)"
sous la direction de Maurice Hamon ; 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002

Robert Carvais, Michèle Virol, Christian Desplat, Françoise Bayard, Charlotte Guichard, Michèle Toucas-Bouteau, Dominique Flon, Ania Guini-Skliar, Jean-François Budin, Olivier Zeller, Catherine Lanoe, Patrice Bret, Marie-Odile Bernez, Bernard Lachèse, Natacha Coquery, Aude Revier, René Plessix, Daniel Berni, Jean Flouret, Yann Le Hérissé, Jean-Paul Casse, Stefano Simiz, Nadège Perry, Abdallah Fili, Marie-Hélène Colin, Jocelyne Portier, Pascal Even, Luisa Dolza, Liliane Hilaire-Perez, Zina Weygand, Koïchi Horikoshi, Pierre Vicq, François Lormant, Georges Hanne, Jean-Marc Olivier, André Ferrer, Pierre Legal
Paris, Éditions du CTHS
2006
p. 399-417
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La facture d'orgues passe pour une activité artisanale. Pourtant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les organiers, prenant acte du modèle industriel, vont chercher à modifier leurs pratiques et à adopter des méthodes utilisées dans l'industrie. Ils créent des manufactures, spécialisent les tâches, recherchent les pièces et les parties assemblées susceptibles d'être reproduites en nombre. En outre, ils gèrent leurs stocks et ont recours à des techniques de contractualisation et de gestion adaptées. Leur politique commerciale évolue, accordant à la publicité un rôle déterminant. Ces efforts, couronnés par le dépôt de brevets, ont pour but de satisfaire la demande accrue d'une clientèle exigeante, et de diminuer les prix de revient et de vente, sans pour autant rogner sur la qualité. Si les principaux facteurs d'orgues parisiens vont chercher à s'y employer, Louis Debierre, sera l'un des rares acteurs de cette démarche en province. Sa manufacture nantaise et sa production attestent de son dynamisme et de son esprit d'initiative.