Changer d’heure en été : troubles ou bienfaits ? Un siècle de discussions : l’exemple de la Seine-Maritime
2007
Philippe MANNEVILLE

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 45-54
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Chaque année, au moment du changement d’heure, la presse en rappelle l’origine en faisant référence à l’année 1976, oubliant que c’est en 1916 qu’un tel changement a été institué, continué jusqu’en 1940 où l’heure allemande a pris le relais.
Cette communication se propose de rappeler ces différents moments de l’heure d’été en étudiant
successivement la Grande Guerre, l’entre-deux-guerres, l’heure allemande, puis de 1976 à nos jours, en mettant en relief les raisons invoquées (les économies d’énergie) et les résultats obtenus. On examinera également l’accueil fait à ces changements d’heure par les populations, en évoquant les opinions et arguments pour et contre – toujours les mêmes, mais avec des nuances suivant les époques.