Le temps du repos sous la Troisième République
des fêtes légales aux fêtes locales - 2007
Olivier VERNIER

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 67-76
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La récente polémique sur la suppression d’un jour férié en droit social français rappelle que le temps de repos indissociable du temps de travail peut être source de conflits et de contentieux. Si l’on connaît bien l’instauration du repos hebdomadaire, il n’est pas sans intérêt, entre sociologie et histoire du droit du travail, d’analyser à l’époque contemporaine
l’instauration des jours fériés légaux et la persistance des fêtes locales.
L’examen des sources législatives et des documents des Archives nationales (production normative de la direction ministérielle du Travail, jurisprudence du Conseil d’État et doctrine) permet de préciser la détermination du « chômage légal des jours fériés » et la mouvance de celle des « fêtes locales et de quartier », tant à Paris qu’en province (du carnaval de Nice à la foire de Saint-Quentin) avec les troubles sociaux générés et les modifications du Code du travail consécutives.