La vision du temps chez les religieux pénitents de la fin du XVIe siècle
2007
Benoist PIERRE

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 79-87
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Au XVIe siècle, le temps était perçu de façon négative par les clercs réguliers en quête de réforme. Toujours analysé en termes de décadence, son écoulement dégradait et altérait parce qu’il éloignait un peu plus chaque jour des origines chrétiennes. L’idée d’un temps corrompu était bien au coeur des projets de réformes monastiques des ordres anciens ou de la formation des nouveaux instituts. Elle eut pour conséquence majeure de transformer en profondeur l’agencement et la répartition des activités conventuelles. Cette étude prend surtout en considération la période 1562-1598, c’est-à-dire celle des guerres de Religion qui rendent plus prégnant le thème de la corruption et de la fin des temps dans le royaume de France. Elle porte sur quelques grands ordres de la réforme catholique, situés à l’avantgarde d’un mouvement pénitentiel si vivace en cette fin de siècle – principalement les Capucins, les Chartreux, les Minimes, les Jésuites et les Feuillants.