Temps liturgique, temps mathématique, temps mécanique en milieu rural aux XVIe et XVIIe siècles
l’exemple de la Haute-Bretagne - 2007
Bruno RESTIF

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 107-114
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L’objectif est de s’interroger sur le rôle de l’Église dans la mesure du temps en milieu rural, dans le domaine liturgique certes, mais également dans les progrès du temps mathématique puis du temps mécanique, et sur des liens éventuels avec la Réforme catholique. Il s’agit de voir dans quelle mesure nous passons d’un « temps flottant » (Lucien Febvre) à une maîtrise du temps, qui est liée à une volonté d’encadrement religieux et d’individualisation des pratiques. Sont convoqués pour cette enquête les modifications intervenues dans le calendrier liturgique, l’usage des cloches, la possession et l’utilisation des cadrans solaires et des horloges (statuts synodaux et livres liturgiques, comptes de fabrique, inventaires après
décès, objets conservés). Les réussites et les limites de l’entreprise se perçoivent aussi par l’étude du calendrier des offrandes, des récits d’événements à l’occasion des procès, des exigences des laïcs à l’égard de leurs prêtres (comptes de fabrique, archives judiciaires, procès-verbaux de visites pastorales). L’étude aboutit à des conclusions nuancées et néanmoins significatives.