Le temps des princes
temps de déplacements, temps de séjours - 2007
Olivier TROUBAT

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 175-185
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les grands princes de la fin du Moyen Âge sont de grands voyageurs, partagés entre leurs terres et le « service du roi », gouvernement ou guerre. Leurs déplacements courants – essentiellement à cheval, un peu en bateau fluvial – ne se font pas forcément avec un arroi normal de cinquante à soixante chevaux, leurs compagnies s’adaptant aux circonstances d’urgence et pouvant descendre à une douzaine de chevaux, y compris pour le roi. Leur vitesse peut être très différente, allant de vingt à cent kilomètres par jour, avec une moyenne toutefois de cinquante kilomètres par jour.
Quant à leurs lieux de séjours, nos trois ducs adoptent les mêmes habitudes en séjournant la moitié de leur temps auprès du roi. En revanche, quand Berry et Bourgogne passent l’autre moitié de leur temps dans leurs apanages, Bourbon partage ce même temps entre ses terres et le service de la guerre. Tout au contraire, les rois de France ne quittent guère la région de Paris et ne nomadisent que dans cette proche région.