Le temps dans l’industrie française (1945-1965)
du moyen de détermination des salaires à l’instrument d’organisation raffiné - 2007
Aimée MOUTET

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 224-231
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Cette étude vise à montrer comment les méthodes d’organisation du travail fondées sur le chronométrage ont évolué vers des définitions de plus en plus fines, lesquelles enserraient l’activité des exécutants dans des prescriptions d’une rigueur croissante. En revanche, le salaire a cessé d’être le moyen de contraindre les ouvriers à respecter les normes fixées.
Il s’agit d’autre part d’essayer de répondre à la question récurrente : les nouvelles méthodes ont-elles intensifié l’effort ouvrier ? Enfin, nous avons cherché le rapport entre cette évolution et celle des stratégies des parties concernées : direction et exécutants. On constate pour toutes deux que leur politique a changé, mais dans une visée qui restait identique : élever la productivité pour l’entreprise, conserver, dans la mesure du possible, leur contrôle sur l’exécution de leur travail pour les ouvriers.