Bénévoles contre salariés : une question de temps ?
2007
Béatrice EYSERMANN

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 325-333
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Au fil de leurs journées de travail, les salariés d’une association caritative gèrent quatre temporalités différentes qui convergent vers un allongement générique du temps de présence au bureau. Les heures excédentaires, non compensées, traduisent la part obligatoire du don de temps dans le travail salarié. Les différents schémas qu’il engendre font état de trois réciprocités : «de travail» (avec l’engagement des bénévoles) ; «imaginée ou espérée» (satisfaction personnelle) ; «négative», impliquant le recours à des exutoires. Les bénévoles construisent, quant à eux, un rapport au don de temps sur une double exigence
de liberté et de non contrainte. Ils considèrent le don de temps aux salariés dans une réciprocité de disponibilité fonctionnelle sans mesure. Au final, le don de temps, devenu, pour chacun, invisible, déséquilibré et insatisfait, permet de conclure aux divergences de
perceptions temporelles salariés/bénévoles comme explicatives du conflit latent entre les deux statuts.