Débat autour du temps de travail dans les écoles pratiques de commerce et d’industrie de 1892 à 1914
2007
Michel MIEUSSENS

Extrait de : "Temps social, temps vécu (édition électronique)"
Sous la direction de Claude Mazauric ; 129e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Besançon, 2004

Alain BIHR, Emmanuel FAIVRE, Jean-Claude HORNUS, Philippe MANNEVILLE, Nadine RIBET, Olivier VERNIER, Benoist PIERRE, Christine BARRALIS, Jean-Daniel MOREROD, Bruno RESTIF, Christine PEREZ, Marie-Christine LACHESE, Philippe LARDIN, Robert CHAMBOREDON, Olivier TROUBAT, Théotiste JAMAUX-GOHIER, Olivier CODINA, Michel VERNUS, Corinne MARACHE, Aimée MOUTET, Nicolas HATZFELD, Roselyne PROST, Piero-D. GALLORO, Pascal RAGGI, Claude ROCHETTE, David LAMOUREUX, Sophie BERNARD, Sébastien RICHEZ, Béatrice EYSERMANN, Thierry WENDLING, François BAUDELAIRE, Pierre CHARBONNIER, Thierry COUZIN, Bernard LACHESE, Michèle TOUCAS-BOUTEAU, Yvan COMBEAU, Gérard BODE, Jacques GAVOILLE, Michel MIEUSSENS, Anne THOMAZEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 422-431
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les Ecoles Pratiques ont été mises en place par le ministère du Commerce et de l’Industrie ; elles ont succédé la plupart du temps à des écoles professionnelles très diverses car nées d’initiatives individuelles ou municipales ou autres. Le but du ministère était naturellement d’harmoniser les horaires de chaque discipline et d’appliquer les règlements dans toute la France.
Les Ecoles Pratiques se voulaient du niveau des Ecoles Primaires Supérieures qui constituaient leur référent pour les disciplines de l’enseignement général, les écoles professionnelles étant leur référent pour les travaux d’atelier ; la finalité des études était de
former pour les commerçants « des auxiliaires bien préparés » et fournissant aux industriels des « ouvriers d’élite ».
Le directeur de l’Enseignement Technique du ministère s’entoure d’avis car le temps hebdomadaire scolaire est un enjeu de grande dimension. Il sert à déterminer le nombre de professeurs, qui sert lui-même à établir les budgets. Or, celui qui paye est aussi celui qui
commande, il peut revendiquer le contrôle et le commandement. C’était important dans le cas de ces nouvelles écoles mises en place par le ministère du Commerce et de l’Industrie avec des enseignants du ministère de l’Instruction publique. On ne traitera ici que du temps de travail hebdomadaire et on cherchera à définir ce qui est originalité de l’enseignement dans ces Ecoles Pratiques et ce qui s’inscrit dans une tradition de l’enseignement pour des jeunes gens attirés par les professions liées à l’activité
industrielle. (cote mal taillée, compromis ?). On cherchera à déterminer les incidences des lois sur le travail des enfants et des femmes dans les horaires du travail en atelier.