Des pionniers de l’aéronautique dans le Midi
de Pierre-Georges Latécoère aux ingénieurs d'après-guerre - 2007
Daniel DAVID

Extrait de : "Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France (édition électronique)"
Sous la direction de Paul BROUZENG et Marie-Françoise DIOT ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Jean-Loup d'HONDT, Daniel DAVID, Lúcio CRAVEIRO DA SILVA, Raquel GONÇALVES, Pierre LASZLO, Hernani L. S. MAIA, Myriam SCHEIDECKER-CHEVALLIER, Suzanne DÉBARBAT, Évelyne BROUZENG-LAVIE, Robert LOCQUENEUX, Laetitia MAISON, Claudine ADAM, Patrick FERTÉ, Corinne CASSE et Véronique GINOUVÈS, Simone MAZAURIC, Jacques MOURIER, Pascale RIVIÉRE, Michel TAILLEFER, Franck VIDAL
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 27-39
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La carrière de Pierre-Georges Latécoère s’est principalement déroulée dans le Sud-Ouest, bien que sa stature et l’envergure de ses entreprises aient largement dépassé le cadre national. Il est l’un des principaux initiateurs de la vocation aéronautique de l’Aquitaine et du Languedoc. Après s’être consacré tout d’abord à l’entreprise familiale de Bagnères-de-Bigorre, il fonde en 1912 une première usine à Toulouse. Les débuts aéronautiques datent de 1917, lorsque la firme construit des avions en sous-traitance de Salmson. Puis, Latécoère entreprend la création de lignes aériennes régulières vers l’Amérique du Sud, via l’Afrique. Ce réseau deviendra la célèbre Aéropostale. C’est vers 1930 que débute l’épopée des grands hydravions transocéaniques. Leur mise en oeuvre nécessitant des plans d’eau spécifiques, de nouvelles installations sont développées sur les étangs de Biscarrosse. Ces hydrobases auraient pu devenir des gares aériennes transatlantiques. Les derniers épisodes, auxquels mettent fin des accidents, se déroulent sur la ligne des Antilles et en Afrique.
L’histoire des grands hydravions Latécoère est un exemple de ces percées techniques qui n’eurent pas d’applications à leur mesure, et auxquelles est souvent resté attaché le nom de leur promoteur : Lucien Servanty pour l’avion-fusée, René Leduc pour le stato-réacteur, Maurice Hurel et Léon Dubois pour l’aile à grand allongement. Elles illustrent le dynamisme de l’industrie aéronautique française en dépit de l’épreuve de la guerre.