Les almanachs toulousains au XVIIIe siècle, véhicules de savoirs savoirs
2007
Claudine ADAM

Extrait de : "Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France (édition électronique)"
Sous la direction de Paul BROUZENG et Marie-Françoise DIOT ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Jean-Loup d'HONDT, Daniel DAVID, Lúcio CRAVEIRO DA SILVA, Raquel GONÇALVES, Pierre LASZLO, Hernani L. S. MAIA, Myriam SCHEIDECKER-CHEVALLIER, Suzanne DÉBARBAT, Évelyne BROUZENG-LAVIE, Robert LOCQUENEUX, Laetitia MAISON, Claudine ADAM, Patrick FERTÉ, Corinne CASSE et Véronique GINOUVÈS, Simone MAZAURIC, Jacques MOURIER, Pascale RIVIÉRE, Michel TAILLEFER, Franck VIDAL
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 105-114
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

De la centaine d’almanachs imprimés ou réimprimés à Toulouse entre 1694 et 1793, nous n’avons retenu, pour cette contribution, que trois séries, celles du Calendrier de Toulouse, de l’Almanach historique et chronologique de Languedoc et des Almanachs de Baour. Et pour les savoirs véhiculés, nous nous sommes attaché aux connaissances générales : sciences, géographie, histoire.
En sciences, les articles intéressant l’astronomie occupent la place principale. Les almanachs exposent, dans la première moitié du XVIIIe siècle, une cosmographie « moderne » du système solaire, mais Galilée et Kepler ne sont jamais cités, et Newton est ignoré. Toujours pour la même période, les rubriques de géographie passent d’une chronique où le pittoresque domine, à une géographie énumérative des divers pays et de leurs caractéristiques. Au milieu du siècle, ces rubriques s’étiolent puis disparaissent pour laisser place à de plus amples développements sur l’histoire. La chronologie universelle et celle des rois de France sont abandonnées au profit de notices sur les naissances et alliances princières. Dans la deuxième moitié du siècle, les Almanachs de Baour, à la suite de l’Almanach historique et chronologique de Languedoc, s’attachent largement à l'histoire locale avec des pages sur les « Événements remarquables », où, à propos des guerres de Religion, l’auteur dénonce les excès du fanatisme. À cette exception près, les almanachs toulousains véhiculent des idées traditionnelles, assez éloignées des Lumières.