L’archivage scientifique et technique de l’aéronautique et du spatial : du maintien des connaissances à la diffusion de l’information
2007
Pascale RIVIÈRE

Extrait de : "Transmission et diffusion des savoirs dans le sud de la France (édition électronique)"
Sous la direction de Paul BROUZENG et Marie-Françoise DIOT ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Jean-Loup d'HONDT, Daniel DAVID, Lúcio CRAVEIRO DA SILVA, Raquel GONÇALVES, Pierre LASZLO, Hernani L. S. MAIA, Myriam SCHEIDECKER-CHEVALLIER, Suzanne DÉBARBAT, Évelyne BROUZENG-LAVIE, Robert LOCQUENEUX, Laetitia MAISON, Claudine ADAM, Patrick FERTÉ, Corinne CASSE et Véronique GINOUVÈS, Simone MAZAURIC, Jacques MOURIER, Pascale RIVIÉRE, Michel TAILLEFER, Franck VIDAL
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 161-171
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les activités de l'aéronautique et du spatial constituent une des expériences majeures du XXe siècle dans notre région Midi-Pyrénées. Elles ont entraîné la constitution d'un considérable patrimoine archivistique dont le statut est à un tournant. La valorisation de ces informations
permettra d'appréhender et de mettre en valeur les principes, les structures, les méthodes et les
techniques qui initient le développement de ce type d'industries et d'organismes. Pour ce faire, une nouvelle approche de l'archivage est nécessaire. La gestion du patrimoine de l’entreprise s'intègre dans les préoccupations nouvelles du maintien et de la rationalisation de l'information et de son insertion à « l'économie du savoir », comme dans le cas de la veille technologique.
Ce constat nous a amené à mettre en place un système d'archivage original basé sur une expérience en cours au sein du Centre national d'études spatiales de Toulouse afin de créer le « capital-savoir » de cet organisme, tout en respectant les dispositions légales des Archives de France. Cette expérience se traduit par une logique qui se situe entre deux grandes contraintes : le maintien de l'exploitation des savoirs au sein de l'entreprise et une connaissance pour tous de l'histoire de ces savoirs. Pour mettre en place ce processus, le coeur du questionnement est l'identification du document et de son contenu, sa sélection par rapport à sa pertinence.
Cette démarche est basée sur un constat simple : plus une information est lisible par tous et bien identifiée plus elle est pérenne et diffusable.
La mise au point d'un tel processus rassemble bien les préoccupations de ce nouveau millénaire où l'information devient un enjeu stratégique et économique. Les développements de
notre matière grise aujourd'hui seront les supports de nos sciences, de nos industries et de nos recherches de demain.