La cartographie des Lumières dans le sud de la France et ses rapports avec l’histoire des provinces

 
Monique PELLETIER
p. 9-23
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
La carte de France de Cassini était un instrument de pouvoir central, qui a répondu aux demandes du corps des Ponts et chaussées. Mais l’entreprise devenant longue et lourde, le pouvoir royal abandonna Cassini qui fut sollicité par les pouvoirs régionaux, États ou généralités, désireux de disposer d’une nouvelle cartographie qui pourrait compléter les histoires régionales comme ce fut le cas pour le Languedoc et la Guyenne.
Comment la cartographie s’est-elle insérée dans ces portraits régionaux ? Peut-on comparer les méthodes de l’histoire et de la cartographie ?