Des données scientifiques à la valorisation auprès du public
systèmes d'informations géographiques et multimédia culturel - 2007
Julien MAHOUDEAU

Extrait de : "Géographie et cartographie historique : méthodes et résultats (édition électronique)"
Sous la direction de Monique PELLETIER ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Monique PELLETIER, Georges PICHARD, Robert SOURP, Christine VERGNOLLE MAINAR, Alain CAZENAVE-PIARROT, Caroline MARIACCI, Pierre VIDAL, Françoise ALBERTINI, Marie-Laure NIVET, Don-Mathieu SANTINI, Piero D. GALLORO et Nouredine CHERIGUENE, Gilles SELLERON, Julien MAHOUDEAU
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 109-114
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Nous voulons présenter ici la démarche de recherche engagée autour d’un travail de thèse réalisé dans un cadre particulier, celui d’une collaboration entre un laboratoire d’archéologie et d’histoire (UTAH), un incubateur d’entreprise (le CETIR) ayant pour partenaire majeur un industriel important (MATRA S&I), et un doctorant. La présentation expliquera brièvement ce contexte spécifique.
Le projet présenté, qui s’intitule HyperC@rta, est un projet de système d’informations touristiques dans lequel les données culturelles et archéologiques doivent tenir une place importante. Le géoréférencement et la valorisation des données culturelles au travers du multimédia constituent l’axe majeur de la recherche menée. Celle-ci a pour but d’étudier dans leur ensemble les mécanismes d’intégration de multimédia de contenu culturel à partir de données scientifiques dans des systèmes cartographiques à destination du tourisme. L’objectif
final est d’aboutir à un modèle d’atlas numérique du patrimoine présentant un réel niveau de contenu, et de réaliser concrètement la restitution des contenus dans le système HyperC@rta.
Cette restitution comprend deux niveaux : d’une part, une restitution automatique à partir de l’extraction d’information préexistante dans les bases de données de nombreux partenaires, d’autre part une valorisation « manuelle » du contenu relatif à un certain nombre de lieux culturels.