Les migrations des Protestants de la France du sud aux Antilles françaises au XVIIe siècle
2007
Lucien René ABENON

Extrait de : "Culture et modes de sociabilité méridionaux (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-Pierre AMALRIC ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Lucien ABENON, Jean-Charles BENZAKEN, Jacques de CAUNA, Martine CUTTIER, Vincent HUYGHES- BELROSE, Claude MEHATS, Roger TEXIER, Marc BORDIGONI, Colette BOUVIER- REYNAUD, Jean-Paul CASSE, Carine CALASTRENC, Georges COURTES, Jérôme CROYET, Emmanuel FILHOL, Michel PENNANEACH, Jean-Marc COMBE, Jean-Yves Le NAOUR, Pierre PURSEIGLE, Eric SAVARESE, Colette ZYTNICKI
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 11-19
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La France du sud a beaucoup participé à la formation de la colonie protestante des Petites Antilles au XVIIe siècle. Les protestants furent nombreux à aller chercher aux îles un refuge où ils bénéficiaient d’une certaine tolérance. Deux groupes ont dominé dans ce domaine : les Rochelais et les Aquitains. Ils s’intégrèrent facilement à la communauté protestante et conclurent de fréquentes alliances avec les calvinistes hollandais venus du Brésil en 1654. Très différents de ce groupe furent les déportés des Cévennes à la fin du XVIIe siècle.
D’abord, ils étaient venus contre leur gré, puis ils repartirent très vite avec la complicité active de la population vers des refuges européens.
La présence de ces huguenots du sud de la France a marqué le peuplement européen des Antilles.