Les rapatriés d'Afrique du Nord dans la région Midi-Pyrénées, de la fin des années 1950 au début des années 1970
2007
Colette ZYTNICKI

Extrait de : "Culture et modes de sociabilité méridionaux (édition électronique)"
Sous la direction de Jean-Pierre AMALRIC ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Lucien ABENON, Jean-Charles BENZAKEN, Jacques de CAUNA, Martine CUTTIER, Vincent HUYGHES- BELROSE, Claude MEHATS, Roger TEXIER, Marc BORDIGONI, Colette BOUVIER- REYNAUD, Jean-Paul CASSE, Carine CALASTRENC, Georges COURTES, Jérôme CROYET, Emmanuel FILHOL, Michel PENNANEACH, Jean-Marc COMBE, Jean-Yves Le NAOUR, Pierre PURSEIGLE, Eric SAVARESE, Colette ZYTNICKI
Paris, Éditions du CTHS
2007
p. 215-220
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Encore mal connue, l’influence économique des rapatriés en Midi-Pyrénées est néanmoins indéniable. Les 85 000 pieds-noirs qui se sont installés dans la région ont apporté à la fois une force de travail et un apport financier inespérés à un espace économique encore considéré comme « sous-développé ». Leur insertion a permis d’appuyer les demandes d’aide au développement, au titre de la décentralisation, des responsables économiques et politiques locaux. Bien que parfois douloureuse sur le plan individuel, la réintégration professionnelle des rapatriés a stimulé des activités variées : le commerce et certains secteurs de l’industrie, mais surtout l’agriculture. En ce domaine, leur apport est net ; ils ont largement contribué à la modernisation et à la diversification des cultures, faisant passer certaines régions d’une agriculture vivrière à une agriculture productiviste et largement ouverte sur le reste du pays et l’Europe.