Fonctionnement de l’estuaire microtidal méditerranéen : conséquences sédimentologiques et environnementales
2008
Henri PAUC

Extrait de : "Politique d'aménagement en milieu méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Nacima Baron-Yellès ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Andrée DAGORNE, Sylvie CLARIMONT,Henri PAUC, Pierre-Arnaud BARTHEL, Youcef ICHEBOUBENE, Sébastien FOUGNIE, Lucette LAURENS, Hubert FRANÇOIS, Gérard RICHEZ, Josy RICHEZ BATTESTI, Yamna DJELLOULI, Abdelkarim DAOUD, Willy CHENEAU,Vincent Andreu-Boussut, Olivier Musard

Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 32-45
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dans le bassin méditerranéen, la faiblesse du brassage tidal structure des estuaires stratifiés à coin salé. Les particularités climatiques produisent des précipitations souvent rares, mais violentes, nourrissant des crues soudaines et importantes qui véhiculent des concentrations très élevées de matières en suspension.
Les différentes études menées par l’auteur sur le Rhône, les fleuves languedociens et algériens, ont permis de définir certaines particularités du fonctionnement des estuaires méditerranéens. La dynamique du coin salé dépend des fluctuations du débit liquide, en raison inverse et avec un effet de seuil. Cette structure se prolonge en mer par un panache saumâtre de surface dont le développement est fonction directe du débit liquide et du vent. La dynamique du matériel en suspension aboutit à la
formation de deux maxima de turbidité, l’un en amont de la tête du coin salé, l’autre en aval. Le premier se construit par perte de charge sous l’effet du ralentissement du courant en entrant dans l’estuaire ; le second provient de la floculation du contenu
pseudo-colloïdal de la suspension. Cette dynamique entraîne la construction de prodeltas vaseux d’avant-côte, où peuvent se concentrer des cations indésirables et polluants : 137 césium rhodanien, l’arsenic audois, les engrais et pesticides.