Les petites villes côtières face à l’avènement du tourisme de masse et à l’exode urbain après la dégradation de l’environnement urbain des grandes villes
le cas de la petite ville côtière d’Azeffoun en Grande-Kabylie (Algérie) - 2008
Youcef ICHEBOUBENE

Extrait de : "Politique d'aménagement en milieu méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Nacima Baron-Yellès ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Andrée DAGORNE, Sylvie CLARIMONT,Henri PAUC, Pierre-Arnaud BARTHEL, Youcef ICHEBOUBENE, Sébastien FOUGNIE, Lucette LAURENS, Hubert FRANÇOIS, Gérard RICHEZ, Josy RICHEZ BATTESTI, Yamna DJELLOULI, Abdelkarim DAOUD, Willy CHENEAU,Vincent Andreu-Boussut, Olivier Musard

Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 62-71
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cet article portera sur l’avènement du tourisme de masse dans les sociétés en développement et du retour despopulations des grandes villes vers les petites villes après la crise qui a frappé des secteurs entiers des grandes villes. Aujourd’hui, les petites villes côtières sont les plus confrontées à ce nouveau phénomène. Disposant de richesses indéniables pour ledéveloppement local, voire national, sur le plan socio-économique et, d’un patrimoine naturel, culturel et historique aussi riche que diversifié, comme par le passé, ces villes ne cessent d’attirer un afflux de populations (touristes, investisseurs, main-d’oeuvre,
etc.) très exigeantes. Les nouvelles populations qui s’y installent définitivement ou pour un séjour de vacances ont des comportements et des modes de vie de citadins généralement émancipés. Il ne faut pas non plus sous-estimer l’évolution du mode de vie et leurs comportements des populations locales, qui ne cessent de se modifier avec la démocratisation de l’école, des moyens audiovisuels, etc., et de s’accentuer au contact des nouvelles populations. Sur le terrain, cela se traduit par de nouvelles
formes d’organisation spatiale et de production du cadre bâti.