Le tourisme écologique dans l’archipel de Kerkena (Tunisie)
valoriser les potentialités en respectant la fragilité des écosystèmes - 2008
Yamna DJELLOULI, Abdelkarim DAOUD, Willy CHENEAU

Extrait de : "Politique d'aménagement en milieu méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Nacima Baron-Yellès ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Andrée DAGORNE, Sylvie CLARIMONT,Henri PAUC, Pierre-Arnaud BARTHEL, Youcef ICHEBOUBENE, Sébastien FOUGNIE, Lucette LAURENS, Hubert FRANÇOIS, Gérard RICHEZ, Josy RICHEZ BATTESTI, Yamna DJELLOULI, Abdelkarim DAOUD, Willy CHENEAU,Vincent Andreu-Boussut, Olivier Musard

Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 118-128
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le secteur touristique a constitué en Tunisie, depuis quatre décennies environ, un axe majeur de la politique de développement et d’aménagement du territoire. Si l’État tunisien a constitué le principal investisseur dans ce secteur jusqu’au début des années 1970, le capital privé, local et étranger, prend de plus en plus la relève, entraînant des mutations profondes dans le produit touristique. À l’opposé des autres régions touristiques, les premiers aménagements touristiques des années 1970 dans l’archipel de Kerkena n’ont pas beaucoup résisté avant de disparaître, en raison de l’enclavement et du manque d’infrastructure.
Dans le contexte actuel, marqué par l’émergence de nouveaux produits touristiques, l’archipel connaît un nouveau regain d’intérêt, avec l’apparition de projets de lancement d’activités de « tourisme écologique ». Le présent travail se propose de présenter le milieu dans lequel vont se greffer ces projets, en insistant sur son caractère de vulnérabilité de fragilité, et qui risque de s’aggraver suite à une pression anthropique plus accentuée. Il évoquera aussi les principales composantes des aménagements touristiques prévus, telles que présentées dans les différents documents officiels, et évaluera leur caractère « écologique » et leur finalité de « durabilité et respect du milieu ». Enfin, et à travers l’enquête directe, le travail présentera les réactions des
différents acteurs concernés vis à vis de ce projet, et ajoutera des éléments de réflexion à la problématique du tourisme écologique en Tunisie, et de la « mise en futur » de l’offre touristique.