La Maison Barbedienne
Correspondances d'artistes - 2008
Florence RIONNET
ISBN : 978-2-7355-0666-8
376 p. | 12 x 18,5 | br.
Collection : CTHS Format
N° dans la collection : 65
Code Sodis : F30713.4
commander l'ouvrage [prix : 15,00 €]
La Maison Barbedienne, fondée en 1834, fut l’une des plus importantes entreprises de bronzes d’art en France au XIXe siècle. Le fondateur de la Maison, Ferdinand Barbedienne (1810-1892), s’associa dès 1838 à Achille Collas (1795-1859) – l’inventeur du procédé de réduction mécanique des statues – et sut donner une extension considérable à la production des petits bronzes d’édition. Son succès reposa en grande partie sur sa politique et sa stratégie commerciales. Son choix d’un répertoire « académique » proche du goût dominant répondait aux exigences d’une clientèle bourgeoise à la recherche de valeurs sûres. Il parvint ainsi avec ses successeurs à se démarquer de la concurrence et à s’octroyer la collaboration des sculpteurs vivants les plus en vogue, tels Antonin Mercié ou Paul Dubois. Cette correspondance, émanant d’une centaine d’artistes (pour l’essentiel ceux que la Maison éditait), nous informe sur les transactions et les accords conclus entre eux et l’éditeur, sur leurs liens avec les praticiens (dont Frédéric Houdriésar, chef de l’atelier de réduction de la Maison à la fin du xixe siècle) et Achille Collas, sur les désaccords aussi parfois. Autant d’échanges qui nous livrent des informations de première main sur la constitution du répertoire, sur les relations entre la Maison Barbedienne et les sculpteurs de son temps. Enfin, de la flagornerie au règlement de compte, de l’obstination à la résignation, de la menace au chantage, c’est tout l’éventail des rapports humains qui transparaît dans cette correspondance et qui éclaire d’un jour assez cru les rapports entre art, industrie et commerce.
Table des matières :
Remerciements, p. 7
Introduction, p. 11
Correspondances, p. 42
Quelques repères chronologiques, p.347
Index, p. 357