Contacts et déplacements culturels au Magdalénien ancien en Périgord vers 17 000 ans BP
2008
Denis TAUXE

Extrait de : "La notion de mobilité dans les sociétés préhistoriques (édition électronique)"
sous la direction de José Gomez de Soto ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Pierre-Jean Texier, Romain Pigeaud, Denis Tauxe, Josep M. Fullola, Xavier Mangado, Alicia Estrada, Jean-Claude Merlet, Tomaso Di Fraia
2008
p. 39-55

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les témoins pariétaux et mobiliers paléolithiques constituent des paramètres importants pour la reconnaissance d’un espace culturel. Nous envisagerons à travers la mobilité des hommes les contacts intersites traduits par des similitudes thématiques et stylistiques entre les ensembles pariétaux de Lascaux, Villars, Gabillou, certaines représentations de Font de Gaume et de La Mouthe (Dordogne), attribuables au début de la culture magdalénienne, vers 17 000 ans environ. Enfin, nous verrons que les contacts inter-grottes ne paraissent pas avoir eu des influences manifestes, au point d’avoir engendré des structures comprenant les mêmes thèmes (animaux et signes) et les mêmes types de relations.

Abstract
Cultural contacts and movements in the Périgord during the late Magdalenian ca. 17 000 BP
Evidence from Palaeolithic cave-art and portable representations constitutes important parameters for the identification of a “cultural space”. Across the mobility of peoples, we consider inter-site contacts expressed by thematic and stylistic similarities between all of the cave-art representations of Lascaux, Villars, Gabillou, and some of the representations of Font de Gaume and La Mouthe (Dordogne) which are attributed to the beginning of Magdalenian culture ca. 17 000. We show that inter-cave contacts do not appear to have had manifest influences to the point of having brought about structures comprising the same themes (animals and signs) and the same types of relations.