La place du pastoralisme transhumant dans l’économie des populations du sud de l’Aquitaine aux âges du Bronze et du Fer
2008
Jean-Claude MERLET

Extrait de : "La notion de mobilité dans les sociétés préhistoriques (édition électronique)"
sous la direction de José Gomez de Soto ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Pierre-Jean Texier, Romain Pigeaud, Denis Tauxe, Josep M. Fullola, Xavier Mangado, Alicia Estrada, Jean-Claude Merlet, Tomaso Di Fraia
2008
p. 69-78

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Tous les modèles économiques relatifs aux populations des âges du Bronze et du Fer dans le sud de l’Aquitaine se réfèrent au pastoralisme transhumant. Le peu d’arguments tangibles permettant de soutenir ces modèles autorise la discussion. La critique principale est d’ordre méthodologique. Le faible standard de vie apparent des populations et l’alignement de tumulus le long de voies supposées de transhumance, souvent invoqués, ne semblent pas suffisants pour emporter la conviction. Les données nouvelles de fouilles d’une vingtaine d’habitats de l’Âge du Bronze et de l’Âge du Fer dans le bassin de l’Adour montrent au contraire la pratique d’activités agricoles et même métallurgiques. Des analyses palynologiques de tourbières mettent en évidence une action anthropique sur le milieu, supposant une présence sédentaire des groupes humains. À la lumière de ces travaux récents, il convient de nuancer la vision d’une économie commandée par la transhumance pastorale. Les conséquences en termes de déplacements de populations et de circulation des idées et des techniques dans l’espace sud-aquitain sont présentées.

Abstract
The role of transhumant pastoralism in the economy of populations in southern Aquitaine during the Bronze and Iron Ages: dogma or reality?
All of the economic models relating to the populations in southern Aquitaine during the Bronze and Iron Ages refer to transhumant pastoralism. The lack of tangible arguments supporting these models opens the grounds for debate. The main criticism is of a methodological nature. The often cited visibly low standard of living of the populations and the alignment of tumuli along the supposed routes of transhumance do not appear sufficiently convincing. On the contrary, new data from the excavations of about twenty dwellings from the Bronze and Iron Ages in the Adour basin shows the practice of agricultural and even metallurgical activities. Palynological analyses of peat bogs show activity of human influence on the environment which presupposes a sedentary presence of human groups. In light of these recent works, the vision of an economy based on pastoral transhumance needs to be nuanced. The consequences relating to the movements of populations and the circulation of ideas and techniques in southern Aquitaine are shown.