La diffusion des cultures et des langues pendant la préhistoire : quels rapports entre archéologie, linguistique et génétique ?
2008
Tomaso DI FRAIA

Extrait de : "La notion de mobilité dans les sociétés préhistoriques (édition électronique)"
sous la direction de José Gomez de Soto ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Pierre-Jean Texier, Romain Pigeaud, Denis Tauxe, Josep M. Fullola, Xavier Mangado, Alicia Estrada, Jean-Claude Merlet, Tomaso Di Fraia
2008
p. 81-90

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Nous présentons la synthèse d’une longue recherche sur les problèmes (méthodologiques, ainsi qu’épistémologiques) soulevés par les diverses hypothèses qui ont tenté d’expliquer la diffusion des cultures et des caractères génétiques dans la préhistoire, ainsi que la formation et la diffusion des langues. En premier lieu, on examinera les théories du généticien L. Cavalli-Sforza et surtout les questions liées à la néolithisation. Ensuite, les différentes reconstructions des familles linguistiques (en particulier celles de Gimbutas, Renfrew, Alinei et Malllory) seront confrontées aux données archéologiques ; à ce propos, on discutera le problème de l’origine du langage humain, en le distinguant de celui des langues qui ont effectivement survécu avec Homo sapiens. Après avoir donné en exemple quelques mécanismes de transformation linguistique et de diffusion culturelle, on envisagera les méthodes les plus avancées de la recherche biologique pour établir les formes et les dimensions de la mobilité humaine au cours de la préhistoire.

Abstract
The diffusion of cultures and languages in prehistory: what connections exist between archaeology, linguistics and genetics?
This paper presents a synthesis of a long research concerning methodological and epistemological problems raised by the different hypotheses that attempted to explain the diffusion of cultures and genetic features, as well as the formation and diffusion of languages. First of all, the author considers the theories of the geneticist Cavalli-Sforza and particularly the issues concerning neolithisation. The different hypotheses on the diffusion of Indo-European languages (particularly those of Gimbutas, Renfrew, Alinei and Mallory) are then examined in light of archaeological evidence. In this approach, the origin of human language is clearly separated from that of the origins of the languages which actually survived with Homo sapiens. Some examples of linguistic transformation and cultural diffusion are given, and the most advanced biological methods are considered in order to determine forms and dimensions of human mobility in prehistory.