Les consuls de France au Levant au XVIIIe siècle, chefs de communauté et médiateurs auprès des autorités ottomanes
2008
Jean-Pierre FARGANEL

Extrait de : "L'espace politique méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Jean Duma ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Enrico BASSO, Giulio CIPOLLONE, Philippe COLOMBANI, Xavier HELARY, François ARNOULET, Alain BLONDY, Jean-Pierre FARGANEL, Bernard GAINOT, Pierre SANTONI, Michel VERGE-FRANCESCHI, Marino VIGANO, Bruno FULCONIS, Hervé LE BRET, Eric SAUNIER, Florent VANREMORTERE, Michèle BAUSSANT-RACCIMOLO, Jan BERTING, Antoine CASANOVA, Piero D. GALLORO, Laurent HECKETSWEILER, Karine LAMBERT, Giannetta MURRU CORRIGA, André ROBINET, Christiane VILLAIN-GANDOSSI
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 63-72
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les consulats français au Levant et en Barbarie comptent parmi les plus anciens dans le réseau établi par la France. Ils étaient régis par les Capitulations qui donnaient aux consuls des prérogatives importantes sur les ressortissants français. Le consul exerçait des pouvoirs et de police sur les résidents français au Levant jouissant d’une quasi-exterritorialité. Le consul devait maintenir l’ordre et la cohésion au sein de la petite communauté française de l’Echelle et intervenir auprès des autorités ottomanes pour faire respecter les Capitulations, régler les affaires concernant les deux parties et négocier L’amélioration des conditions de l’exercice du commerce dans l’Echelle, tout ceci dans le contexte assez troublé du XVIIIe siècle ottoman avec ses guerres et ses difficultés internes. Cette étude s’efforce de rendre compte de l’action des consuls français à cette époque et de ce que l’on pourrait appeler une diplomatie locale au quotidien.