Le rôle du préfet maritime de Toulon dans l’occupation française de l’île d’Elbe (1800-1815)
2008
Bruno FULCONIS

Extrait de : "L'espace politique méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Jean Duma ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Enrico BASSO, Giulio CIPOLLONE, Philippe COLOMBANI, Xavier HELARY, François ARNOULET, Alain BLONDY, Jean-Pierre FARGANEL, Bernard GAINOT, Pierre SANTONI, Michel VERGE-FRANCESCHI, Marino VIGANO, Bruno FULCONIS, Hervé LE BRET, Eric SAUNIER, Florent VANREMORTERE, Michèle BAUSSANT-RACCIMOLO, Jan BERTING, Antoine CASANOVA, Piero D. GALLORO, Laurent HECKETSWEILER, Karine LAMBERT, Giannetta MURRU CORRIGA, André ROBINET, Christiane VILLAIN-GANDOSSI
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 109-117
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Avant d’être rendue célèbre comme terre provisoire d’exil de l’Empereur, l’île d’Elbe a été un enjeu, mineur, certes, mais révélateur de l’importance des îles : il suffit, pour s’en persuader, de constater l’accent mis pendant toute la période par le ministre de la Marine sur une occupation effective de l’île, et les moyens utilisés par le préfet maritime de Toulon pour maintenir un lien réel avec cette base.