Les aspects économiques et sociaux des flux de main-d'œuvre maghrébine au nord de la France après la seconde guerre mondiale
2008
Florent VANREMORTERE

Extrait de : "L'espace politique méditerranéen (édition électronique) "
sous la direction de Jean Duma ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Enrico BASSO, Giulio CIPOLLONE, Philippe COLOMBANI, Xavier HELARY, François ARNOULET, Alain BLONDY, Jean-Pierre FARGANEL, Bernard GAINOT, Pierre SANTONI, Michel VERGE-FRANCESCHI, Marino VIGANO, Bruno FULCONIS, Hervé LE BRET, Eric SAUNIER, Florent VANREMORTERE, Michèle BAUSSANT-RACCIMOLO, Jan BERTING, Antoine CASANOVA, Piero D. GALLORO, Laurent HECKETSWEILER, Karine LAMBERT, Giannetta MURRU CORRIGA, André ROBINET, Christiane VILLAIN-GANDOSSI
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 139-152
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Le moment clé pour la sédentarisation progressive des familles sur le territoire français a été la fin du recrutement de la main-d'œuvre étrangère, que les différents gouvernements européens ont réglementé dans la première moitié des années 70. La migration temporaire a été alors remplacée par l'immigration.
Aujourd'hui, cette politique a pris une dimension européenne, par la création de l'Union européenne.
En même temps, les incidences démographiques sur l'économie européenne commencent à se faire sentir. Le vieillissement de l'Europe est un phénomène connu. Il a même suscité une étude récente un peu provocatrice de la Division de la population des Nations Unies, faisant valoir qu'en 2025, l'Europe aurait besoin d'accueillir 159 millions d'immigrés (soit 40% de sa population actuelle) pour maintenir l'équilibre actuel entre actifs et retraités.
Il s'agit, bien sûr, d'une projection purement mécanique et un peu formelle. Mais elle a le mérite d'alerter l'opinion sur le choc démographique qui se profile sur l'ensemble des pays développés avec, en fond de tableau, la question cruciale de l'âge de la retraite qui se pose, à laquelle la Commission européenne tente d'apporter un élément de réponse, par le concept d'une éducation et d'une formation tout au long de la vie.