Le voyage des ambassadeurs romains (legati Romani) des guerres puniques aux guerres de Macédoine (244-167 av. J.-C.), d'après Tite-Live et Polybe
2008
Florent Simonet

Extrait de : "Les voyageurs dans l'Antiquité (édition électronique)"
sous la direction de Yann Le Bohec ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Catherine Chadefaud, Caroline Sauvage, Charles Guittard, Florent Simonet, Stéphanie Guédon, Anne Gangloff-Alerini, Nathaëlle Roux
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 47-56
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La diplomatie romaine, d'abord cantonnée au Latium, puis à l'Italie, voit son champ géographique s'élargir à partir des deux premières guerres puniques. Tite-Live et Polybe sont les deux sources principales qui nous permettent de retracer comment en moins d'un siècle les pratiques se transforment. Les ambassadeurs de Rome (en latin legati Romani) affrontent désormais la mer et voyagent de plus en plus loin et de plus en plus longtemps. Parfois, ces diplomates au service de Rome sont ainsi amenés à se libérer du contrôle du Sénat et à faire preuve d'initiative personnelle. Les voyages des ambassadeurs romains en Orient deviennent de véritables tournées diplomatiques où sont visités plusieurs cités ou États. Ces voyageurs officiels, protégés par le jus gentium, ne doivent pas seulement montrer un grand sens politique de l'intérêt de Rome, ce sont aussi des orateurs polyglottes, des stratèges militaires, des observateurs minutieux de tout ce qu'ils voient, sinon des espions.