Objets exogènes et faciès culturels dans le sud des Alpes occidentales durant la Protohistoire récente
(IXe-Ier siècle av. J.-C.) - 2008
Dominique Garcia

Extrait de : "Le peuplement de l'arc alpin (édition électronique)"
sous la direction de Hervé Richard et Dominique Garcia ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006
Sébastien Bernard-Guelle, Gilbert Pion, Pierre Bintz, Alexandre Morin, Régis Picavet, Jacqueline Argant, Céline Bressy, David Pelletier, Robert Laudet, Pierre Bintz, Céline Bressy, Jean-Claude Daumas, Gilles Monin, Fabien Arnaud, M. Debret, Emmanuel Chapron, Yves Perrette, Fabien Hobléa, Jean-Paul Bravard, Laurent Astrade, Émilie Gauthier, Hervé Richard, Michel Magny, Odile Peyron, Fabien Arnaud, Jérémy Jacob, André Marguet, Yves Billaud, Stéfan Tzortzis, Florence Mocci, Kevin Walsh, Brigitte Talon, Mona Court-Picon, Vincent Dumas, Vanessa Py, Suzi Richer, Pierre-Jérôme Rey, Isabelle André, Jean-Michel Treffort, Sylvie Crogiez-Pétrequin, Aimé Bocquet, Marie-Christine Bailly-Maitre, Thierry Gonon, Delphine Isoardi, Bérengère Perez, Dominique Garcia, Raphaël Golosetti, Tomaso Di Fraia, Josiane Ribstein, Frédéric Surmely, Stéfan Tzortzis, Yannik Miras, Isabelle Jouffroy-Bapicot, Benoît Forel, Fabrice Monna, Christophe Petit
2008
p. 259-274

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Fouilles et découvertes fortuites réalisées dans la partie méridionale des Alpes occidentales ont permis de signaler la présence d'importations méditerranéennes datées de la fin de l'âge du Bronze à la fin de l'âge du Fer. Il s'agit de documents très divers dont l'analyse doit être faite avec la plus extrême prudence. En effet, ces objets peuvent soit refléter de réelles activités commerciales entre, d'une part, les Étrusques, les Grecs et leurs intermédiaires et d'autre part les populations alpines, soit être le fruit d'échanges ponctuels ou de cadeaux isolés, soit encore être des imitations locales. Si la présence de ces importations a le mérite de démontrer, si besoin était, que l'espace alpin n'est pas une région totalement isolée, il convient de relativiser l'importance de ces documents et surtout d'apprécier le volume des importations.

Abstract
Exogenous objects and cultural facies in the south of the Western Alps during recent Protohistory (9th-1st c BC)
Excavations and fortuitous discoveries in the southernmost part of the Western Alps allow us to present Mediterranean imports from the end of the Bronze Age to the end of the Iron Age. They constitute a diverse body of evidence, and we should take care with any inferences made based on their analysis. Indeed, these objects can either reflect the commercial activities of Etruscans, Greeks and their intermediaries, as well as alpine populations. Alternatively, this material may represent specific exchanges, or isolated gifts, or even the production of local replicas. The presence of these imports demonstrates that the alpine region was not a completely isolated area. However, we should qualify the relative importance of this evidence; in particular, we should note the volume of these imports.