Nouvelles données sur le peuplement mésolithique et néolithique du massif du Cantal
2008
Frédéric Surmely, Stéfan Tzortzis, Yannik Miras

Extrait de : "Le peuplement de l'arc alpin (édition électronique)"
sous la direction de Hervé Richard et Dominique Garcia ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006
Sébastien Bernard-Guelle, Gilbert Pion, Pierre Bintz, Alexandre Morin, Régis Picavet, Jacqueline Argant, Céline Bressy, David Pelletier, Robert Laudet, Pierre Bintz, Céline Bressy, Jean-Claude Daumas, Gilles Monin, Fabien Arnaud, M. Debret, Emmanuel Chapron, Yves Perrette, Fabien Hobléa, Jean-Paul Bravard, Laurent Astrade, Émilie Gauthier, Hervé Richard, Michel Magny, Odile Peyron, Fabien Arnaud, Jérémy Jacob, André Marguet, Yves Billaud, Stéfan Tzortzis, Florence Mocci, Kevin Walsh, Brigitte Talon, Mona Court-Picon, Vincent Dumas, Vanessa Py, Suzi Richer, Pierre-Jérôme Rey, Isabelle André, Jean-Michel Treffort, Sylvie Crogiez-Pétrequin, Aimé Bocquet, Marie-Christine Bailly-Maitre, Thierry Gonon, Delphine Isoardi, Bérengère Perez, Dominique Garcia, Raphaël Golosetti, Tomaso Di Fraia, Josiane Ribstein, Frédéric Surmely, Stéfan Tzortzis, Yannik Miras, Isabelle Jouffroy-Bapicot, Benoît Forel, Fabrice Monna, Christophe Petit
2008
p.307-321

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Depuis 2001, une opération de prospection systématique portant sur toutes les périodes chronologiques a été engagée sur un secteur de moyenne montagne situé au sud du massif cantalien, sur une partie des communes de Lacapelle-Barrès, Malbo, Pailherols et Saint-Clément. De très nombreux sites et indices de sites ont été découverts, dont une partie concerne la préhistoire, à des altitudes allant de 1 100 à 1 500 m. Les sondages effectués sur les sites les plus intéressants ont montré qu’ils avaient été tous démantelés par l’érosion, particulièrement active dans ce secteur au climat rude et à la couverture sédimentaire peu épaisse. Malgré cela, des caractérisations chronologiques ont pu être faites, montrant une fréquentation au moins depuis le Mésolithique, particulièrement importante à la charnière Mésolithique final / Néolithique ancien. Les études paléoenvironnementales ont mis en évidence une activité agricole à partir du Néolithique ancien, au moins dans la partie basse de la zone. Les vestiges découverts montrent l’existence de véritables occupations.


Abstract
New data on the Mesolithic and Neolithic settlement of the Massif Cantalien
Since 2001, detailed prospection covering all chronological periods have been undertaken in a medium altitude area to the south of the Cantalien Massif, located partly in the communes of Lacapelle-Barrès, Malbo, Pailherols and Saint-Clément. Numerous sites and scattered remains have been discovered at an altitude of 1100 to 1500 m, some of them dating from prehistoric times. Test excavations carried out on the most interesting sites have revealed that they were destroyed by erosion which is particularly active in this area characterized by a harsh climate and a very thin layer of sediments. In spite of this handicap, we could make some dating and came to the conclusion that the area was inhabited since at least the Mesolithic Age, and more particularly at the end of the late Mesolithic-beginning of the Neolithic periods.
Paleoenvironmental studies have revealed some agricultural activity since the early Neolithic, at least in the lowest part of the area. The uncovered remains show the existence of genuine settlements.