9 500 ans de crues du Rhône enregistrés dans le lac du Bourget : confrontation au cadre chronoclimatique alpin
2008
Fabien Arnaud, M. Debret, Emmanuel Chapron, Yves Perrette, Fabien Hobléa, Jean-Paul Bravard, Laurent Astrade

Extrait de : "Le peuplement de l'arc alpin (édition électronique)"
sous la direction de Hervé Richard et Dominique Garcia ; 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006
Sébastien Bernard-Guelle, Gilbert Pion, Pierre Bintz, Alexandre Morin, Régis Picavet, Jacqueline Argant, Céline Bressy, David Pelletier, Robert Laudet, Pierre Bintz, Céline Bressy, Jean-Claude Daumas, Gilles Monin, Fabien Arnaud, M. Debret, Emmanuel Chapron, Yves Perrette, Fabien Hobléa, Jean-Paul Bravard, Laurent Astrade, Émilie Gauthier, Hervé Richard, Michel Magny, Odile Peyron, Fabien Arnaud, Jérémy Jacob, André Marguet, Yves Billaud, Stéfan Tzortzis, Florence Mocci, Kevin Walsh, Brigitte Talon, Mona Court-Picon, Vincent Dumas, Vanessa Py, Suzi Richer, Pierre-Jérôme Rey, Isabelle André, Jean-Michel Treffort, Sylvie Crogiez-Pétrequin, Aimé Bocquet, Marie-Christine Bailly-Maitre, Thierry Gonon, Delphine Isoardi, Bérengère Perez, Dominique Garcia, Raphaël Golosetti, Tomaso Di Fraia, Josiane Ribstein, Frédéric Surmely, Stéfan Tzortzis, Yannik Miras, Isabelle Jouffroy-Bapicot, Benoît Forel, Fabrice Monna, Christophe Petit
2008
p. 95-106

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Deux carottes de 9 et 13,5 m ont été prélevées en 2001 et 2004 dans les sédiments profonds du lac du Bourget, par 130 et 100 m de fond respectivement. Ces carottes, datées par 6 et 19 dates 14C, couvrent respectivement les derniers 7 200 et 11 000 ans. Dans la plus longue (LDB04-I), des processus de remaniements gravitaires rendent délicate l’interprétation de données paléoenvironnementales au-delà de 9 500 cal BP. Sur les derniers 9 500 ans en revanche, la mesure en continu de la fraction détritique apportée par le Rhône permet de retracer l’évolution des crues de ce dernier. Par comparaison avec des enregistrements locaux indépendants, nous montrons que la période dite du Petit Optimum Médiéval (POM) marquée par de faibles flux détritiques et qui précède le Petit Âge Glaciaire (PAG) correspond bien à une phase de baisse de l’activité hydrologique, marquée notamment par un abaissement du niveau du Rhône et par la diminution des précipitations neigeuses en Chartreuse et de l’excédent hydrique dans le Vercors. Tout en gardant à l’esprit que ce type de délimitation dépend grandement de l’archive considérée, l’aspect continu de notre enregistrement climatique nous permet de proposer les limites suivantes : pour le POM : 600-1150 ap. J.-C. ; pour le PAG : 1150-1900 ap. J.-C.
Sur le long terme, nous mettons en évidence le caractère globalement sec de l’Holocène et une tendance à l’humidification qui s’esquisse dès 4200 cal BP et se renforce à partir de 2700 cal BP. Nos données incitent à penser que le PAG fut l’une des périodes les plus humides de l’Holocène. Ces interprétations sont par ailleurs étayées par la comparaison avec les données de la littérature sur les fluctuations glaciaires au cours de l’Holocène en Suisse et en Autriche.

Abstract
9500 years of Rhône floods recorded in Lake Bourget: a comparison in the alpine chrono-climatic context
Two sediment cores were taken from the deep northern basin of Lake Bourget in 2001 and 2004. The length of these cores was 9 and 13.5 m, whereas the depth of sampling was 130 and 100 m below lake-level, respectively. Dating by 6 and 19 14C dates showed they cover the last 7200 and 11 500 years, respectively. In the longer core (LDB 04-I) gravity reworking events make it difficult to interpret the palaeoenvironmental data prior to 9500 cal. BP. However, the high resolution measurement of the terrigenous contribution to lake sedimentation made it possible to reconstruct the chronology of Rhône floods over the last 9500 years. A comparison of this series with local palaeoenvironmental records showed the so-called “Medieval Warm Period” (MWP) which was marked by reduced terrigenous inputs in response to reduced hydrological activity. Hence, this period was marked by a lowering of the water level in the Rhône, a drop in snow precipitation in the Chartreuse massif, and an excess of water in Vercors. Keeping in mind such a limit depends largely on the archive used, our continuous record suggests the following limits for the MWP: 600-1150 AD, and for the Little Ice Age (LIA): 1150-1900 AD.
On the long term, we have shown that the Holocene was a generally dry period in the Alps, whereas a trend toward more humid conditions was begun in 4200 cal. BP and was reinforced in 2700 cal. BP. Our data suggest that the LIA was one of the most humid periods during the Holocene. These interpretations are in accordance with data from the literature regarding Holocene glacier fluctuations, particularly in Switzerland and Austria.