Flore et végétation des îles du Frioul (golfe de Marseille) : du mythe à la réalité
2008
Georges J. Aillaud et Isabelle Aillaud

Extrait de : "La Méditerranée autour de ses îles (édition électronique)"
sous la direction de Christian Emig, Christiane Villain-Gandossi et Patrick Geistdoerfer ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Patrick Geistdoerfer, Alain Coutelle, Christian Emig, Jean Ferrandini, J. Gattacceca, A. Deino, M. C. Janin, Michelle Ferrandini, S. Saint-Martin, J.-P. Saint-Martin, J.-J. Cornée, Patrick Vidal, Alain Mante, Georges J. Aillaud, Isabelle Aillaud, Jan Berting, Christiane Villain-Gandossi, François-Noël Richard, Hélène Daret, Anne Merlin-Chazelas, Alessandro Fiori, Brigitte Bertoncello, Pierre-Jacques Olagnier, Dominique Garcia, Myriam Sternberg, Suzanne Gély, Anthony Pinto, Bernard Doumerc, Hubert Michéa, Éric Rieth, José Luis Cortés, Nicolas Pehau, Raimondo Zucca
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 79-86
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Les deux îles principales de l'archipel du Frioul forment un ensemble rocheux calcaire où le sol meuble est rare. La topographie, l'orientation et les dimensions des îles introduisent des facteurs limitants pour la végétation et son développement, comme l'eau disponible, le sel et le vent. On affirme que les îles étaient boisées depuis un édit de la reine Jeanne en 1381. Mais ces îles ont subi l'action de l'homme depuis l'Antiquité, notamment en tant qu'annexes du port, avec un rôle militaire de plus en plus affirmé. Depuis ce mythe des îles boisées, jusqu'à la réalité de la flore et de la végétation observables de nos jours, nous retraçons l'histoire de la couverture végétale des îles du Frioul.