Les îles méditerranéennes en tant que systèmes vulnérables
2008
Jan Berting et Christiane Villain-Gandossi

Extrait de : "La Méditerranée autour de ses îles (édition électronique)"
sous la direction de Christian Emig, Christiane Villain-Gandossi et Patrick Geistdoerfer ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Patrick Geistdoerfer, Alain Coutelle, Christian Emig, Jean Ferrandini, J. Gattacceca, A. Deino, M. C. Janin, Michelle Ferrandini, S. Saint-Martin, J.-P. Saint-Martin, J.-J. Cornée, Patrick Vidal, Alain Mante, Georges J. Aillaud, Isabelle Aillaud, Jan Berting, Christiane Villain-Gandossi, François-Noël Richard, Hélène Daret, Anne Merlin-Chazelas, Alessandro Fiori, Brigitte Bertoncello, Pierre-Jacques Olagnier, Dominique Garcia, Myriam Sternberg, Suzanne Gély, Anthony Pinto, Bernard Doumerc, Hubert Michéa, Éric Rieth, José Luis Cortés, Nicolas Pehau, Raimondo Zucca
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 87-94
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La conscience de la vulnérabilité des populations des îles ainsi que leur adaptation progressive aux risques de l'environnement sont généralement, à certains égards, différentes de celles des populations continentales. Les îles, en tant que systèmes relativement petits, peuvent être plus facilement déstabilisées par des événements imprévus que les grands systèmes avec une plus grande capacité d'absorber des impacts venant de l'extérieur et de l'intérieur du système (il est peut-être plus correct de parler d'un « système de systèmes »). L'isolement relatif des îles protège, sans doute, leur spécificité mais en même temps cette spécificité les rend plus vulnérables lorsque le degré d'isolement baisse, ainsi que l'histoire l'a démontré maintes fois. En outre, l'isolement des îles, avec leur système social moins différencié, ne met pas à leur disposition les mêmes moyens de se protéger contre les effets négatifs des événements aléatoires. Notre but est d'analyser, d'une manière comparative, en quoi les îles méditerranéennes sont plus vulnérables, plus exposées à certains risques que les populations qui habitent les côtes de la Méditerranée, avec pour point de départ les théories modernes des risques. Nous analyserons les types d'adaptation aux risques, en amont et en aval, en relation avec ces cinq P : prévision, prévention, protection, précarité et précaution. Les risques que nous mettrons en évidence seront liés à la mondialisation, à la pollution de l'environnement physique, social et culturel, aux relations politiques avec le continent, au rôle de la distance géographique avec des systèmes plus différenciés, aux mouvements de populations (incluant le tourisme), à la structure sociale des îles, et aux représentations collectives des habitants. Nous prêterons une attention spéciale dans notre analyse à l'archipel du Frioul, en rade de Marseille.