« Microéconomie » des îles de Marseille
2008
Jan Berting

Extrait de : "La Méditerranée autour de ses îles (édition électronique)"
sous la direction de Christian Emig, Christiane Villain-Gandossi et Patrick Geistdoerfer ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Patrick Geistdoerfer, Alain Coutelle, Christian Emig, Jean Ferrandini, J. Gattacceca, A. Deino, M. C. Janin, Michelle Ferrandini, S. Saint-Martin, J.-P. Saint-Martin, J.-J. Cornée, Patrick Vidal, Alain Mante, Georges J. Aillaud, Isabelle Aillaud, Jan Berting, Christiane Villain-Gandossi, François-Noël Richard, Hélène Daret, Anne Merlin-Chazelas, Alessandro Fiori, Brigitte Bertoncello, Pierre-Jacques Olagnier, Dominique Garcia, Myriam Sternberg, Suzanne Gély, Anthony Pinto, Bernard Doumerc, Hubert Michéa, Éric Rieth, José Luis Cortés, Nicolas Pehau, Raimondo Zucca
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 95-99
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Cette communication aura pour but d'analyser les changements dans la microéconomie des îles de Marseille, dès le XIVe siècle, date à laquelle on dispose d'informations à ce sujet, jusqu'à nos jours.
Cette microéconomie pourra revêtir plusieurs dimensions : économie de subsistance (cueillette, pêche, chasse, herbage, etc.) ; économie avec le reste de la France (par exemple, activité portuaire au temps des croisades, élevage de faucons) ; économie en liaison avec la métropole de Marseille (carrières, sables, fours à chaux, aquaculture, écaillage, activités de pilotage, tourisme, etc.). On essaiera de démontrer combien une telle microéconomie ne peut pas prétendre être autonome. À travers l'histoire, on peut voir combien cette microéconomie est dépendante de ses relations avec l'extérieur.