Influence de la création des ports de quarantaine et des lazarets dans les îles du Frioul sur le contrôle militaire des accès maritimes de Marseille
2008
François-Noël Richard

Extrait de : "La Méditerranée autour de ses îles (édition électronique)"
sous la direction de Christian Emig, Christiane Villain-Gandossi et Patrick Geistdoerfer ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Patrick Geistdoerfer, Alain Coutelle, Christian Emig, Jean Ferrandini, J. Gattacceca, A. Deino, M. C. Janin, Michelle Ferrandini, S. Saint-Martin, J.-P. Saint-Martin, J.-J. Cornée, Patrick Vidal, Alain Mante, Georges J. Aillaud, Isabelle Aillaud, Jan Berting, Christiane Villain-Gandossi, François-Noël Richard, Hélène Daret, Anne Merlin-Chazelas, Alessandro Fiori, Brigitte Bertoncello, Pierre-Jacques Olagnier, Dominique Garcia, Myriam Sternberg, Suzanne Gély, Anthony Pinto, Bernard Doumerc, Hubert Michéa, Éric Rieth, José Luis Cortés, Nicolas Pehau, Raimondo Zucca
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 101-110
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dès le XVIIe siècle, Le port naturel de l'île de Pomègues est utilisé comme lieu de quarantaine de Marseille pour les navires en provenance de l'Orient. La grande peste de 1722 démontre les limites de cette protection et l'accroissement du commerce génère des projets d'amélioration. Il faut attendre l'épidémie de fièvre jaune de 1820 à Barcelone pour raviver la peur des Marseillais, conduire à la réalisation d'un grand port de quarantaine par la construction de la digue Berry joignant les îles de Ratonneau et de Pomègues et des lazarets de Caroline et du Frioul. La construction de ces ouvrages sanitaires sur des îles dépendantes de l'armée heurte les sensibilités des autorités militaires. Cette perte d'autorité est accentuée par l'ouverture de carrières sur les îles lors de l'agrandissement des ports de Marseille. La recherche effectuée par l'association « Frioul, un nouveau regard » présente les conséquences de l'implantation civile sur les rapports militaires. La réorganisation de la défense stratégique de la rade de Marseille, les envies d'une affectation militaire du port de quarantaine, les relations entre autorités civiles et militaires sont regardées au travers des rapports militaires et des règlements de cohabitations entre les différents services.