La contribution d'Alexandre-Évariste Fragonard aux « Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France »
une esthétique troubadour au service de la défense et de l'illustration du patrimoine - 2008
Rébecca DUFFEIX

Extrait de : "Voyages d'artistes et artistes voyageurs (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Martine VASSELIN, Stéphanie LEVERT, Rebecca DUFFEIX, Françoise MENETREY, Christine A. DUPONT, Erik PESENTI ROSSI, Nathalie LORAND, Erwann LE FRANC, Marie-Claire MUSSAT, Emmanuelle CORBEL, Alexandre DRATWICKI, Danielle MAURICE, Olga FOURS, Cécile REYNAUD

2008
p. 21-31
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Dans les années 1810, une équipe de dessinateurs fut mobilisée pour conduire une ambitieuse mission de repérage et de sauvegarde du patrimoine français en péril, sous l'autorité du baron Taylor assisté de Charles Nodier et d'Alphonse de Cailleux. Parmi ces artistes : Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850), qui se révéla un collaborateur fécond pour les deux premiers volumes consacrés à la Haute-Normandie. Il participa également à la Franche-Comté, à l'Auvergne et au Languedoc. Par des déplacements très organisés dans les provinces, les dessinateurs rassemblaient une documentation - croquis de paysages, monuments civils et religieux, fragments d'architecture et de sculpture - qui était ensuite lithographiée par Godefroy Engelmann. L'usage de cette nouvelle technique permit de renouveler le genre du guide de voyage. La collaboration de Fragonard, imprégnée de sensibilité romantique, fut bien plus qu'un simple travail descriptif. Par son sens des effets lumineux, du cadrage et de l'animation, le résultat fut un recueil d'images dotées d'une incontestable valeur iconographique et patrimoniale, habilement combinées à un récit historique.