Deux patries dans la vie de Marc Chagall : Biélorussie et France
2008
Olga FOURS

Extrait de : "Voyages d'artistes et artistes voyageurs (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Martine VASSELIN, Stéphanie LEVERT, Rebecca DUFFEIX, Françoise MENETREY, Christine A. DUPONT, Erik PESENTI ROSSI, Nathalie LORAND, Erwann LE FRANC, Marie-Claire MUSSAT, Emmanuelle CORBEL, Alexandre DRATWICKI, Danielle MAURICE, Olga FOURS, Cécile REYNAUD

2008
p. 130-142
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Marc Chagall est non seulement une personnalité de renommée mondiale, mais aussi un peintre qui a marqué de son influence l'art au XXe siècle. Reconnu très tôt, les critiques d'art ont marqué leur intérêt pour ce peintre dès la veille de la Première Guerre mondiale. L'activité artistique de la Russie, pleine d'espoirs et de promesses, avait trouvé à Paris une résonance plus grande encore que dans son pays d'origine. Ayant quitté la Biélorussie dans le but de rechercher de nouvelles sources d'inspiration, étant parti s'installer en France, Chagall fut pendant longtemps entièrement ignoré de l'histoire de l'art dans son pays. Malgré un retour spirituel vers son pays natal, que l'on trouve dans une série de paysages enneigés, ainsi que dans sa lettre « Mon Vitebsk natal », Paris devient un second Vitebsk. Qu'est-ce qui a motivé le départ de Marc Chagall de Biélorussie ? Quand son œuvre revient-elle dans le pays natal ? On tentera de donner une réponse à ces questions en se basant sur les sources récemment ouvertes (archives biélorusses), ainsi que sur les mémoires du peintre, écrites lorsqu'il était en France.