Le Voyage des objets
2008
Pierre GUICHARD

Extrait de : "Le rôle des voyages dans la constitution des collections (édition électronique)"
Sous la direction de Marie-Barbara LE GONIDEC et Didier BOUILLON
130e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005

Pierre GUICHARD, Nathalie BES, Samuel CORDIER, Emmanuelle HUET, Pascal EVEN, Marie MAUZE, Marie-Barbara LE GONIDEC, Geneviève LACAMBRE, Martine FRANÇOIS
Paris, Éditions du CTHS
2008
p. 13-34

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Au Moyen Âge, de nombreux objets de luxe (tissus, ivoires) sont parvenus à l'Europe latine depuis le monde byzantin et surtout le monde musulman. Ce mouvement s'est poursuivi à l'époque moderne avec les importations de tapis orientaux ou de céramiques chinoises, et a pris à partir de la fin du XVIIIe siècle une grande importance du fait des voyages d'exploration et de la colonisation. Il s'est prolongé jusqu'à aujourd'hui sous la forme d'une importation commerciale d'objets d'art et d'artisanat, ainsi que d'articles « ethniques » venus des autres continents. L'Occident a toujours été attiré par ces témoignages des civilisations non-européennes, bien que selon des modalités très différentes selon les époques, la connaissance que l'on avait du reste du monde, et l'évolution des intérêts et des goûts.
Cette communication s'interrogea d'abord sur le voyage de ces objets, évidemment parallèle à celui des hommes, commerçants, explorateurs, militaires, plus récemment touristes, mais évidemment dans le sens d'un retour qui souvent a moins attiré l'attention que l'aller. Elle voudrait aussi s'intéresser aux conditions de leur réception et à l'intérêt que leur a été accordé, depuis les bacini musulmans, produits du commerce ou de pillages, dont les Pisans des XIe-XIIe siècles décoraient les façades de leurs églises, jusqu'aux « fétiches » africains importés des colonies, qui, au début du XXe siècle, influencent un petit groupe d'artistes et d'intellectuels. Mais ceux-ci ne les « découvrent » que parce qu'ils circulent déjà en grand nombre et ont été rapportés par des officiers, fonctionnaires, missionnaires, qui sont d'une façon ou d'une autre intéressés.
Il n'est évidemment pas question d'épuiser un sujet aussi vaste, mais seulement de montre la continuité de cette ouverture aux mondes extra européens à travers l'histoire de l'Occident, et peut-être d'ouvrir quelques lignes de réflexion.