L'Égypte ancienne : une plaque tournante du commerce méditerranéen et de son évolution
2009
Catherine CHADEFAUD

Extrait de : "Circulation des matières premières en Méditerranée, transferts de savoirs et de techniques (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Lucien ABENON, Laura BALLETTO, Annie BLANC, Philippe BLANC, Françoise BLECHET , Alain BOUTHIER, André BUISSON, Pierre-Jean CAMPOCASSO, Michèle CASANOVA, Céline GASLAIN, Catherine CHADEFAUD, Vincent-Pierre COMITI, Emile EADIE, Gérard FOUCHARD, Lucien LAJONCHERE , Geneviève MAROTEL, Pierre MORIZOT, Raphaële MOUREN, Martine PLOUVIER, Fabienne WATEAU

Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 101-111
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Après avoir longtemps vécu dans un cadre qui paraît proche de l'autarcie, malgré des échanges avec le monde égéen, l'Égypte s'ouvre au commerce extérieur vers l'Asie au Nouvel Empire ( 1500 av. J.C.). La côte Syro-palestinienne et les îles de la Méditerranée orientale deviennent un espace d'échanges réguliers. Les Egyptiens achètent bois de construction, minerais et matériaux précieux, plantes aromatiques pour préparer des parfums.Les flux sont accrus par les conquêtes de Ramsès II.
Beaucoup plus tard, Hérodote au Ve siècle av. J.-C. décrit les conditions du commerce égyptien, à l'époque de l'occupation perse. Mais la rupture principale intervient lors de la conquête d'Alexandre le Grand. Sous la dynastie des Ptolémées est crée puis développé le port d'Alexandrie. Désormais l'Égypte exporte en Méditerranée du papyrus, du blé, des plantes aromatiques, du lin et des verreries. Strabon relate que ce commerce était toujours florissant à l'époque romaine.
Inscriptions et sources archéologiques apportent un éclairage sur les échanges commerciaux de l'Égypte d'abord en qualité d'état indépendant, puis comme composante de l'économie gréco-romaine, à l'interface entre les flux d'Orient et d'Occident.