La canne à sucre et la Méditerranée
2009
Emile EADIE

Extrait de : "Circulation des matières premières en Méditerranée, transferts de savoirs et de techniques (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Lucien ABENON, Laura BALLETTO, Annie BLANC, Philippe BLANC, Françoise BLECHET , Alain BOUTHIER, André BUISSON, Pierre-Jean CAMPOCASSO, Michèle CASANOVA, Céline GASLAIN, Catherine CHADEFAUD, Vincent-Pierre COMITI, Emile EADIE, Gérard FOUCHARD, Lucien LAJONCHERE , Geneviève MAROTEL, Pierre MORIZOT, Raphaële MOUREN, Martine PLOUVIER, Fabienne WATEAU

Paris, Éditions du CTHS
2009
p. 116-123
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La canne à sucre dans la Méditerranée, à partir de son introduction par les Arabes dès les VIIIe-IXe siècles, suit deux flux majeurs après la troisième croisade. Le premier qui est déterminé par les arabo-musulmans en fonction des conditions physiques des sols et de la commercialisation dans l'Empire ; le second, par les Catholiques qui s'occupent d'améliorer les productions en conservant dans un premier temps l'intervention paysanne. C'est ce flux qui deviendra majoritaire avec la disparition de l'irrigation, dès l'entrée de la Route du sucre au niveau de Madère, dans l'Atlantique, et l'adoption de l'esclavage comme fournisseur de main d'œuvre et d'énergie mécanique. La civilisation arabo-musulmane, peuples arabes et leurs alliés parmi lesquels les juifs sépharades, auront été précurseurs en matière de récolte de canne à sucre et de fabrication de sucre de canne en assurant la continuité d'un acquis venant des Perses à travers la Méditerranée. Cette transmission assurée à la civilisation catholique occidentale, à la faveur du contact de la troisième croisade, celle-ci a amplifié les résultats et la commercialisation pour maintenir la canne à sucre comme plante de civilisation.