Du marbre de Carrare pour les sculpteurs français de la première moitié du XIXe siècle
2009
Martine PLOUVIER

Extrait de : "Circulation des matières premières en Méditerranée, transferts de savoirs et de techniques (édition électronique)"
sous la direction de Jean-René Gaborit ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003

Lucien ABENON, Laura BALLETTO, Annie BLANC, Philippe BLANC, Françoise BLECHET , Alain BOUTHIER, André BUISSON, Pierre-Jean CAMPOCASSO, Michèle CASANOVA, Céline GASLAIN, Catherine CHADEFAUD, Vincent-Pierre COMITI, Emile EADIE, Gérard FOUCHARD, Lucien LAJONCHERE , Geneviève MAROTEL, Pierre MORIZOT, Raphaële MOUREN, Martine PLOUVIER, Fabienne WATEAU

Paris, Éditions du CTHS
2009
p.194-206
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

D'après les archives conservées dans les séries F 13 (Bâtiments civils) et F 21 (beaux-arts) des Archives nationales relatives au Dépôt des marbres, il s'agit de présenter comment, dans la première moitié du XIXe siècle, le Gouvernement français se fournissait en marbres de Carrare destinés aux sculpteurs, en particulier auprès du chevalier d'Orsoliny, comment s'effectuaient leur achat et leur transport confiés à plusieurs agents du gouvernement (Henraux, Deville, Petit, et Fournier, pour n'en citer que quelques-uns) ; comment ces marbres étaient entreposés dans le dépôt des marbres, à Paris, et enfin comment les sculpteurs demandaient à disposer de blocs pour « des ouvrages d'art et décoration d'édifices publics ».
Quelques exemples de réalisations destinées à des églises ou des monuments parisiens illustreront le propos.